Compte-rendu du séminaire du 23 mars 2011

Présents :

Emilie Deschelette, Blandine Longhi, Céline Ménager, Charles Nicolas, Elisabeth Piazza, Camille Rouxpetel.

Préambule : Comment mettre à disposition le contenu du séminaire méthodologique ?

Nous évoquons la possibilité d’ouvrir un blog par le biais de la plateforme Hypothèse (créée sous l’impulsion de l’EHESS). On trouve sur cette plateforme nombre de blogs intéressants pour la recherche, notamment « La Boite à outils de l’historien » ou « Aspects concrets de la thèse ». Cela permettrait une visibilité et une accessibilité plus larges.

Nous pourrions mettre sur le blog, en plus des séances de méthodologie de la recherche, des flux RSS afin de se tenir au courant des dernières parutions ou des appels à communication.

Objet de la séance : tables des matières et index, sous word et flux RSS

I. Constituer une table des matières (ou sommaire automatique)

Quels sont les avantages à créer une table des matières automatique ?

La table est dynamique, c’est-à-dire qu’elle peut être mise à jour et suivre directement l’évolution de la rédaction : les numéros de pages s’actualisent automatiquement au fur et à mesure de la rédaction tandis que les nouveaux titres sont ajoutés.

La table des matières est mise en page directement par Word et permet – théoriquement, d’éviter les défauts d’alignement.

Les différents titres sont intégrés dans la barre de défilement, ce qui permet de retrouver plus rapidement telle ou telle partie.

Quels sont les inconvénients d’une table des matières automatique ?

La table des matières est parfois difficile à maîtriser et réagit de façon imprévisible (il faut donc veiller à ce qu’aucun décalage incongru ne survienne).

Démarche

La table des matières sous Word fonctionne à partir du principe de « marquage ». La démarche est relativement simple.

  1. Passer en mode plan : « affichage », puis « barres d’outils », puis « mode plan ».
  2. « Marquer » les titres, c’est-à-dire les sélectionner en les soulignant à l’aide du curseur. Donner à ces titres une valeur dans le « squelette » (Titre, sous-titre, niveau 1, 2 etc.). Attention : Le marquage est parfois mal contrôlé par Word (et les débordements fréquents).
  3. Générer la table des matières : « insertion », puis « référence », puis « tables et index », puis « tables des matières ».
  4. Configurer la table des matières (notamment, décocher les liens hypertextes).
  5. Enfin cliquer sur « mise à jour de la table des matières ».

La table est alors considérée comme un bloc solidaire. Elle peut être mise à jour (mise à jour d’une page seulement permet de conserver la mise en page ; en revanche, la mise à jour de toutes les entrées, recalcule tout et annule donc la mise en page).

II. Constituer un index

Il est possible de marquer individuellement chaque mot en utilisant le raccourci Alt+maj+X. Toutefois l’objectif est de marquer automatiquement toutes les occurrences du texte, qui seront reportées automatiquement au fur et à mesure dans l’index, avec le numéro de page où apparaît l’occurrence.

Pour davantage de simplicité, on crée une base de données parallèlement au document Word sur lequel on travaille. Il faut créer une base de données par type d’index, car ensuite il est impossible de séparer les données (par ex., créer un index pour le grec et un pour le latin).

1. Créer la base de données

Ouvrir un document word simple.

Créer un tableau à deux entrées.

Colonne de gauche => saisir le texte à marquer (terme grec, latin, titre d’œuvre…)

Colonne de droite => « destination » dans l’index, c’est-à-dire le nom sous lequel vous souhaitez que le terme apparaisse dans l’index.

NB : dans la colonne de droite, utiliser les « : » pour indiquer le passage à la sous-section (jusqu’à neuf sous-sections !)

Il faut un tableau par index souhaité car il est impossible de trier les termes par la suite.

2. Marquage des termes de l’index

Le marquage est bête et méchant : il faut donc veiller à tous les détails (une majuscule, un accent, l’italique, les différentes apostrophes suffisent à perturber le repérage des occurrences).

Pour les titres d’œuvres, le plus simple est d’utiliser les notes de bas de pages pour les copier et les coller dans le tableau.

3. Générer l’index

« Insertion », puis « référence », puis « tables et index », puis « index », puis « marquage auto », choisir « ouvrir un fichier », et aller cherche le fichier word avec le tableau que l’on a précédemment créé. Retour dans le menu index, sélectionner « OK ».

III. Les flux RSS

Un flux RSS est un fichier dont le contenu est produit automatiquement en fonction des mises à jour d’un site Web. Les flux RSS sont souvent utilisés par les sites d’actualité ou les blogs pour présenter les titres des dernières informations consultables en ligne. La lecture d’un flux RSS se fait à l’aide d’un « agrégateur ». Il existe différents types d’agrégateurs : les lecteurs en ligne (Google Reader, Netvibes, RssFeef, etc.), les lecteurs intégrés (Liferea, Noopod, Tekinews, etc.), certains clients de messagerie et certains navigateurs web (dont Opera, Internet Explorer, Safari, et Mozilla Firefox). Il faut renseigner l’adresse du fil RSS concerné afin que le programme se connecte régulièrement aux sites émetteurs pour vérifier la présence de nouveau contenu. Le principal avantage de cette technologie est le fait de pouvoir suivre facilement l’évolution d’un site Web sans avoir le besoin de s’y rendre manuellement.

Compte-rendu du séminaire du 23 février 2011

Présents : Lucie Claire, Emilie Deschellette, Barbara Falleiros, Ana Maria Misdolea, Céline Ménager, Charles Nicolas, Elisabeth Piazza, Elodie Romieux-brun, Camille Rouxpetel, Aurore Violas.

En introduction, le séminaire commence par un tour de table rapide de présentation des participants, avec pour certains l’apport d’information en lien avec l’actualité de la recherche et des études doctorales. Plusieurs points sont ainsi abordés.

Bourses pour l’EFR et la Vaticane : Deux sessions de dépôt de demande ont lieu chaque année, le 31 mars et le 31 septembre. Ces bourses sont mensuelles mais sont parfois adaptables pour les enseignants du secondaire.

Questes : le bulletin de cette association de médiéviste est présenté ainsi qu’un appel à contribution sur la relation à l’autre au Moyen-âge.

« Ambedeus : normes, réalités et inventions de la relation à l’autre au Moyen Âge

Journée d’études interdisciplinaires organisée par le groupe de doctorants médiévistes Questes, le samedi 11 juin 2011 en Sorbonne »

http://www.fabula.org/actualites/ambedeus-normes-realites-et-inventions-de-la-relation-a-l-autre-au-moyen-age_41925.php

Séminaire : Paris I organise un séminaire de statistiques et de mathématiques pour historiens.

http://lamop.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique183

Ressources internet : présentation du blog aspect concret de la thèse.

http://act.hypotheses.org/

A noter également le séminaire de l’EHESS sur les aspects concrets de la thèse.

La séance se poursuit ensuite par les différents points proposés lors de la précédente réunion, en bénéficiant désormais d’un matériel de vidéo-projection.

ZOTERO, logiciel de bibliographie (par Céline Ménager) :

Il s’agit d’une extension du navigateur internet Mozilla Firefox.

Le premier logiciel se télécharge ici : http://www.mozilla-europe.org/firefox/

Le second là : http://www.zotero.org

Le logiciel fonctionne ensuite comme une barre d’action ou un onglet de fenêtre inséré au sein de la fenêtre principale de navigation sur internet.

Son principe est de permettre l’importation, la constitution et l’exportation de notices bibliographiques dans une « bibliothèque » numérique personnelle centralisée. Celles-ci peuvent être ensuite classées et rangées selon les choix du compilateur.

Par exemple, sa comptabilité avec le SUDOC permet d’importer directement la fiche bibliographique d’un ouvrage (titre, auteur, éditeur, année, ISBN etc.) tout en récupérant et en sauvegardant le lien direct vers la notice ou encore l’architecture des liens internes du catalogue.

Il est également compatible avec le site Brepols, mais non avec celui de la BNF.

ZOTERO, en plus des ouvrages, peut compiler des références d’articles, par exemple lorsqu’ils sont mis-en-ligne. Il stocke aussi les pages web pour les citer. Il peut enfin capturer les pages d’articles pour les associer à une référence.

ZOTERO est un logiciel gratuit open source et connait donc de nombreux ajouts (plugin) mais aussi quelques cafouillages de fonctionnement que l’usage apprendra. Ainsi, il est conseillé de toujours entrer les noms d’auteur en minuscule.

Pour récupérer une ancienne bibliographie, on peut passer du word à ZOTERO à partir d’une démarche expliquée ici : http://zotero.hypothèses.org/123.

Sinon le passage par le SUDOC peut s’avérer à l’usage plus satisfaisant.

Enfin, une fois la bibliographie importée sous ZOTERO, il est possible de l’exporter vers un fichier word (ou open office)  pour générer automatiquement une bibliographie scientifique.

Il faut d’abord télécharger un plugin Word/Zotero : http://www.zotero.org/support/word_processor_intégration

Une autre opération consiste à sélectionner sous ZOTERO le dossier bibliographique (ou simplement un sous-dossier) avec un clic droit. Puis de sélectionner l’option « créer une bibliographie » et « copier dans le presse-papier ». Ensuite, il ne reste plus qu’à coller celle-ci dans le fichier Word.

ATTENTION, pour que cette opération donne un résultat utilisable, il faut passer par l’installation de normes bibliographiques nouvelles dans ZOTERO qui par défaut fonctionne en normes anglaises. Des normes françaises de sciences humaines sont disponibles sur :

http://www.zotero.org/trac/ticket/1216

http://zotero.hypothèses.org/category/styles

http://forums.zotero.org/discussion/4738/3/french-citation-style-de-citation-en-francais/

Celles-ci sont au format .csl, et s’installent en sélectionnant le choix « ouvrir avec Firefox » et « ok » à la proposition « installer ».

ZOTERO facilite la citation en note de bas de page sur le même principe. Sélectionner un item. « Créer bibliographie ». « Copier presse-papier ». Coller en note.

Des formations à ZOTERO gratuites  sont proposées par l’URFist, si un partenariat existe entre celle-ci et la structure d’accueil du doctorant.

Sinon, des sites sont disponibles :

http://wiki-urfist.unice.fr/wiki_urfist/index.php/ZOTERO_un_logiciel_de_bibliographie_2.0 (mais pas à jour)

http://www.zotero.org/support/fr/start

http://zotero.hypotheses.org/

http://alopensource.blogspot.com/2010/11/zotero-en-video.html

Pour d’autres logiciels (articles de comparaison).

http://en.wikipedia.org/wiki/Comparaison_of_reference_management_software

En lien avec ce logiciel, deux autres outils sont mentionnés.

Xmarks : http://www.xmarks.com

Xmarks est un système de stockage en ligne, qui permet entre autre de stocker les marques-pages du navigateur web. Sa capacité de synchronisation facilite le travail à partir différents postes informatiques, par l’échange de fichier, leur mise-à-jour automatique et l’importation de paramètre d’utilisateur.

Dropbox : http://www.dropbox.com

La Dropbox fonctionne comme un disque dur en ligne limité à 2 Go. Elle permet également l’échange dématérialisé de fichier et la synchronisation de documents entre plusieurs postes informatiques.

LaTeX (par Elodie Romieux):

Ce logiciel de mise en forme permet de gérer la bibliographie mais également et surtout la citation et l’importation de citation en langues « exotiques », à savoir dans la majorité des cas le grec ancien.

Un site de référence en français :

http://www.tuteurs.ens.fr/logiciels/latex/

Sa principale difficulté est l’importance des commandes à maîtriser. Ainsi, dans le cadre de ce séminaire, on ne pourra aller au-delà d’une simple première prise de contact, même s’il sera toujours possible d’y revenir ultérieurement.

Le principe de base repose sur l’utilisation conjointe d’un ficher LaTeX écrit sous la forme de code et d’un traitement de texte. LaTeX génère ainsi à partir du fichier-source un fichier texte directement exploitable (bibliographie, texte). Par la suite, tout changement de mise-en-page ou de typographie se gère directement dans le fichier LaTeX pour s’appliquer à l’ensemble du fichier. Il n’est ainsi pas nécessaire de modifier une à une chaque entrée du ficher world (ex : mettre en italique ou non le titre d’une revue).

Point questions diverses:

Le séminaire aborde le problème des polices grecques et plus généralement des polices Unicode.

L’Unicode est une technique de codage des polices de traitement de texte qui permet leur reconnaissance universelle sans en posséder l’original. Dans la pratique, les polices Unicode sont de plus en plus nécessaires aux doctorants dès lors qu’ils doivent transmettre un article ou du texte sous la forme d’un fichier word ou autre (c’est-à-dire non .pdf) à un interlocuteur. Dans le cas contraire, le récepteur ne pourra pas lire le texte écrit dans la police choisit par l’auteur, sauf si il l’installe en plus (ce qui est souvent délicat).

Par exemple, le TLG est Unicode.

De plus, une police Unicode en grec ancien est souvent associée à un clavier polytonique.

(Le site de l’UFR de Grec offrait des ressources sur ce point jusqu’à sa refonte complète)

La question de la mise en valeur du séminaire est débattue en fin de séance. Devant la perspective de la refonte du site de la Sorbonne (effective au 1er mars), les participants s’interrogent sur les possibilités d’hébergement en ligne des comptes-rendus du séminaire. Entre la plateforme Moodle et l’hébergement sur le blog « Hypothèse », c’est ce second choix qui l’emporte.

AGENDA :

Le prochain séminaire est fixé au 23 mars, de 18h à 20h, dans la même salle (consulter les Actualités du site de l’ED 1). Charles Nicolas est chargé de préparer une présentation de l’Index sous Word (il prévient néanmoins de son léger retard probable). Céline Ménager propose d’aborder de son côté les flux RSS.

Compte-rendu du séminaire du

Etaient présents :

Lucie Claire (Marc-Antoine Muret, lecteur de Tacite)

Emilie Deschelette (La pensée de l’origine dans la littérature française et latine des XIIe et XIIIe Siècle).

Barbara Falleiros (Etude et édition du Livre de Prudence de Christine de Pizan)

Lucile Hernay (Le rôle politique des moines à Byzance, mi VIIIe – début XIIIe siècle)

Lina Husamo (Le culte à Ougarit à l’âge du Bronze récent)

Alelisandra Kubiak (Les ex-votos sous théonyme propre au Proche Orient romain, Ier-IIIe siècle)

Céline Ménager (Le culte de sainte Hélène à l’époque carolingienne)

Ana Maria Misdolea (Regard et vision dans la littérature latine, Ier s. av. J.C.-Ier s. ap. J.C.)

Charles Nicolas (la prière des empereurs romains d’Auguste à Théodose)

Elisabeth Piazza (Edition et traduction commentée du livre V de Martianus Capella)

Elodie Romieux-Brun (Les romans grecs et l’histoire : la politique)

Le séminaire débute par la présentation de ses objectifs. Il s’agit de sortir le chercheur de la solitude en créant un réseau de doctorants. Ce réseau se concrétise par le partage des informations, qu’elles soient de nature bibliographique ou informatique, et plus largement, par l’échange des divers outils dont dispose la recherche. Il s’agit aussi de répondre à l’accélération des nouveautés dans le domaine de la recherche, en particulier dans le cadre du net 2.0.

Suit un tour de table qui permet la présentation des doctorants : sujet de thèse, centres d’intérêt, problèmes rencontrés en termes de méthodologie, annonces et outils à partager.

Quelques actualités qui sont échangées au cours de ce tour de table :

  • URFIST de Paris, Ecole nationale des Chartes, 17 rue des Bernadins, 75005 PARIS. 0143268522 ou secretariat.urfist@enc.sorbonne.fr, site internet : http://urfist.enc.sorbonne.fr/ et blog : http://urfistinfo.hypotheses.org/. Formation aux techniques de l’information (usages des outils web, évolution des traitements de l’information – web 2.0 et Web sémantique, zotero, traitement de l’édition scientifique en ligne, bases de données, environnement éditorial du chercheur – bibliométrie, publications…). Conception d’outils en ligne : tutoriels, supports de cours, suivi d’ateliers. Flux RSS, mise en ligne des articles (accès gratuits)…Formation gratuite pour les doctorants et enseignants. Sur place, possibilité de consulter un guide de ressources électroniques. Nombreux tutoriaux en ligne.
  • Formations à la BNF, en particulier sur les catalogues, ouvertes à tous.
  • Brochure ERAMID (en ligne pour l’instant sur le site de l’ED 5 http://www.paris-sorbonne.fr/fr/spip.php?article13142 ou taper dans le moteur de recherche google « ERAMID ».
  • Présentation de l’IRIS PEN : outil scanner qui permet de numériser un texte grâce à un logiciel d’OCR.
  • Présentation de QUESTES : groupe pluri-disciplinaire de médiévistes qui se réunit une fois par mois pour un séminaire de recherche, sur des sujets choisis et votés en début d’année universitaire. Rôle de pépinière pour s’entrainer à la communication scientifique.

Suit une présentation plus détaillée des ressources en ligne de la BNF, http://renet.bnf.fr/jsp/index.jsp :

I.                   Accès libre aux non adhérents à la BNF

  • Catalogue (cf formations proposées par la BNF)
  • Gallica qui propose la numérisation d’ouvrages anciens. Ces ouvrages peuvent être intéressants pour les étudiants dont les recherches les amènent à utiliser des ouvrages du XIXe siècle (par exemple les Acta sanctorum sous format image). Le fichier bibliographique des manuscrits latins et grecs qui permet d’établir la bibliographie autour d’un manuscrit a également été numérisé.
  • Les « Signets » de la BNF sont une sélection de sites utiles à la recherche (institutions, répertoires en ligne, sites scientifiques  par exemple), classés par thèmes. On y trouve également un répertoire des bibliothèques numériques.

II.                Accès qui nécessite d’être adhérent à la BNF

Pour y accéder depuis la page d’accueil de la BNF : colonne « collections et services », « périodiques et bases en ligne ».

  • Les périodiques proposés sont classées par thèmes, on y trouve surtout des revues étrangères. Les revues sont malheureusement peu nombreuses en ce qui concerne l’histoire et la littérature.
  • Les bases en ligne sont de 3 types selon le lieu où l’on peut les consulter :

Ø  Accès sur place, notamment la patrologie latine

Ø  Accès à distance.  L’ensemble des bases BREPOLS : deux bibliographies, « Civilisation médiévale » et « International Medieval Bibliography » ; dictionnaire de latin médiéval ; LLT (textes en lignes) ; MGH ; CDS (permet de faire une recherche sur une expression latine : la recherche s’effectue en même temps sur toutes les bases de données).

Ø  Accès sur internet sans carte de la BNF, par exemple la patrologie grecque.

D’autres sites pratiques ont été évoqués au cours des discussions :

  • Le site revue. Org : http://crm.revues.org/ pour la consultation d’un certain nombre de revues françaises en ligne.
  • Blog « Les aspects concrets de la thèse » : http://act.hypotheses.org/ Il s’agit du blog du séminaire du même nom qui se tient à l’EHESS les 1er et 3e vendredi du mois de 13h à 15h.

Un calendrier prévisionnel du séminaire méthodologique est proposé, le rendez-vous mensuel étant fixé au dernier mercredi du mois.

Mercredi 23 février (Initiation à Zothéro et une intervention à définir sur LaTeX ou la façon d’utiliser LaTeX pour rédiger une bibliographie)

Mercredi 23 mars

Mercredi 27 avril

Mercredi 25 mai

La dernière question posée tourne autour du problème de la lisibilité des informations qui circulent dans le séminaire méthodologique. Il semble souhaitable que les informations échangées dans ce séminaire restent accessible et soient diffusées au plus grand nombre. Différents moyens de diffusion ont été envisagés. L’accent a été mis sur la nécessité d’une stabilité du support (qui exclut la liste de diffusion).

La plateforme Hypothèse http://hypotheses.org/ apparait comme une possibilité intéressante. Il s’agit d’une plate-forme qui héberge des blogs, appelés « carnet de recherche », spécialisés dans la recherche scientifique. On y trouve des carnets individuels (tenus par un seul chercheur), des carnets d’équipe ou de laboratoire, des carnets thématiques, etc. Ce support est facile à manipuler, pérenne et permettrait une écriture à plusieurs mains. Ainsi chaque doctorant trouvant une information intéressante pour la communauté pourrait la poster sur ce support. Il semble un peu tôt pour se décider en faveur d’un support fixe et il est convenu d’en rediscuter à la prochaine séance.

Antiquité, Moyen Age, Méthodes

Le séminaire de doctorants de l’ED1 de l’université Paris IV-Sorbonne a pour but de répondre aux besoins d’échange et de réflexion sur leur pratique des doctorants. Il se compose d’historiens et de littéraires qui travaillent sur l’antiquité ou sur le Moyen Age. Il repose sur un double constat : celui de l’absence de lieu de sociabilité où les doctorants peuvent confronter leur expérience et celui de l’impossibilité qu’a une personne seule de baliser l’ensemble des outils utiles à la recherche scientifique à l’heure du web 2.0. Les membres du séminaire cherchent un lieu où prolonger ces échanges sur internet D’où l’idée du carnet de recherche. Le carnet de recherche a aussi pour but de faire bénéficier de nos travaux à nos collègues qui ne peuvent se rendre disponibles et à tout autre doctorants dans notre situation.
Nous souhaitons aborder tous les outils qui peuvent servir à la recherche dans nos domaines afin de donner une meilleure visibilité aux initiatives qui peuvent nous être utile.
Voici quelques exemples de thèmes sur lesquels nous avons travaillé jusqu’à présent : découverte de Zotero, créer un index dans Word, les bases de données en ligne de la BNF, proposer une communication dans un colloque.