Quelques commandes LaTeX utiles

Voici la listes des commandes que j’utilise le plus souvent. Je recommande à chaque utilisateur de LaTeX de se constituer son propre florilège.

Attention, une partie de ces commandes sont propres au package babel et ne fonctionnent pas avec polyglossia.

 

\emph{texte} pour mettre un texte en italique dans un corps de texte normal et inversement.

\textsc{texte} pour les petites capitales

\ier\, \iere\, \ieme\ pour les numéros. Pour un autre exposant on utilise la commande \up{…}

\dots\ pour les points de suspension.

Le tiret du trait d’union se fait ainsi -. On ne distinguera du demi-cadratin – que l’on met entre deux chiffre et du cadratin — qui sert aux incises.

Le tilde (~) donne l’espace insécable que l’on place entre la page et son numéro, entre le nombre et le siècle, entre Louis et XIV…

\og et \fg vous permettent d’ouvrir et de fermer des guillemets français.

 

Pour écrire un numéro de siècle, par exemple xive siècle, on procédera ainsi : \textsc{xiv}\ieme ~siècle.

 

Pour que l’espace entre deux paragraphes soit plus grand : une ligne blanche et \bigskip.

Pour varier l’espace des interlignes, on indiquera dans le préambule \usepackage{setspace} puis dans le corps du texte \begin{spacing}{1,5} (ou 2 pour des interlignes doubles) au début du passage et \end{spacing} à la fin, sachant que cela peut s’appliquer à tout le document.

Pour créer un nouveau paragraphe sans sauter de ligne : \\ à la fin de la ligne.

 

Citations sorties : \begin{quote} suivi d’\end{quote} pour les citations d’un paragraphe et \begin{quotation} et \end{quotation} pour les citations de plusieurs paragraphes.

Listes avec des tirets : \begin{itemize}, puis chaque tiret est introduit par \item et on finit avec \end{itemize}. On ne met pas de majuscule en début de ligne et on met un point-virgule à la fin.

Listes numérotées : \begin{enumerate}, puis chaque tiret est introduit par \item et on finit avec \end{enumerate}. On met une majuscule en début de ligne et on met un point-virgule à la fin.

Séances du séminaire sur le logiciel LaTeX

Le séminaire de méthodologie vous propose une série de 3 séances sur le logiciel LaTeX. Il s’agit d’un logiciel développé par des chercheurs, libre et gratuit de mise en page et d’édition de document qui permet l’automatisation de nombreuses tâches fastidieuses. Largement utilisé par les doctorants des sciences dites dures, il est longtemps resté inaccessible à des doctorants moins férus d’informatique alors qu’il peut nous être tout aussi utile.

Les séances auront lieu les 30 janvier, 27 février et 27 mars de 18h à 20h en salle 421 de la maison de la recherche. La première séance sera consacrée à une explication des processus de base du logiciel. Il est donc vivement recommandé d’y assister pour suivre les séances suivantes. La deuxième séance s’intéressera à l’emploi de LaTeX plus précisément pour les SHS : index, édition en parallèle d’un texte et de sa traduction, citations… La dernière séance portera sur la gestion de la bibliographie qui est certainement un des principaux atouts du logiciel.

On trouve de nombreux documents en ligne à propos de LaTeX, nous vous en proposons une sélection dans le carnet de recherche du séminaire : http://mam.hypotheses.org/59.

Comme il est nécessaire de télécharger et d’installer le logiciel avant le séminaire, nous vous demandons de vous inscrire en envoyant un mail à Céline Ménager : celine.menager@hotmail.fr qui vous répondra avec les liens nécessaires à l’installation.

Quelques liens pour commencer avec LaTeX

Depuis le début de mon travail de thèse, j’ai croisé à plusieurs reprises un logiciel de mise en page vanté pour la clarté du résultat obtenu. Ce logiciel a pour nom LaTeX. Malheureusement, il est assez difficile à prendre en main et un minimum de formation est nécessaire.

Heureusement il y a de nombreux sites consacrés à ce logiciel. Jusqu’à peu, ils s’adressaient surtout aux chercheurs en « sciences dures », mais depuis peu LaTeX semble s’ouvrir aussi aux sciences humaines. Je vous propose aujourd’hui un petit panorama de lien utile pour qui voudrait se lancer.

Je commencerais par la nouveauté de la rentrée : un manuel sur LaTeX qui s’adresse spécifiquement aux chercheurs en sciences humaines. On le doit à Maïeul Rouquette. Il est disponible en format papier, mais surtout on peut le télécharger gratuitement. Après une rapide présentation du fonctionnement de LaTeX, qui ne diffère pas beaucoup de ce que l’on pourrait trouver dans n’importe quel manuel, suivent une partie consacrée à la bibliographie et une autre partie s’intéressant à des problématiques propres aux SHS : gestion de plusieurs langues, textes en parallèle, par exemple.

 

Sur l’intérêt de LaTeX pour les SHS :

La page de Josquin Debaz.

Celle de (C)(M).

Et l’exemple de LaTeX utilisé pour une thèse en SHS franco-vietnamienne.

 

Des sites plus généralistes :

Un wikibook.

Les explications des tuteurs en informatique de l’ENS.

Le site de Marc Baudouin.

Le Joli Manuel pour LaTeX.

 

Pour les problématique propre à l’usage de LaTeX avec la langue française :

LaTeX en français.

Gutemberg : groupe francophone des utilisateurs de TeX, LaTeX et logiciels compagnons.

 

Des problématiques propres aux SHS chez

Geekographie maieulesque

Les fiches de Bébert

 

Sur les références croisés.

 

Enfin il est parfois nécessaire de transformer les résultats obtenus en pdf en document word. Pour ce faire, on peut utiliser ce site : PDF to word.

Compte-rendu du séminaire du 23 février 2011

Présents : Lucie Claire, Emilie Deschellette, Barbara Falleiros, Ana Maria Misdolea, Céline Ménager, Charles Nicolas, Elisabeth Piazza, Elodie Romieux-brun, Camille Rouxpetel, Aurore Violas.

En introduction, le séminaire commence par un tour de table rapide de présentation des participants, avec pour certains l’apport d’information en lien avec l’actualité de la recherche et des études doctorales. Plusieurs points sont ainsi abordés.

Bourses pour l’EFR et la Vaticane : Deux sessions de dépôt de demande ont lieu chaque année, le 31 mars et le 31 septembre. Ces bourses sont mensuelles mais sont parfois adaptables pour les enseignants du secondaire.

Questes : le bulletin de cette association de médiéviste est présenté ainsi qu’un appel à contribution sur la relation à l’autre au Moyen-âge.

« Ambedeus : normes, réalités et inventions de la relation à l’autre au Moyen Âge

Journée d’études interdisciplinaires organisée par le groupe de doctorants médiévistes Questes, le samedi 11 juin 2011 en Sorbonne »

http://www.fabula.org/actualites/ambedeus-normes-realites-et-inventions-de-la-relation-a-l-autre-au-moyen-age_41925.php

Séminaire : Paris I organise un séminaire de statistiques et de mathématiques pour historiens.

http://lamop.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique183

Ressources internet : présentation du blog aspect concret de la thèse.

http://act.hypotheses.org/

A noter également le séminaire de l’EHESS sur les aspects concrets de la thèse.

La séance se poursuit ensuite par les différents points proposés lors de la précédente réunion, en bénéficiant désormais d’un matériel de vidéo-projection.

ZOTERO, logiciel de bibliographie (par Céline Ménager) :

Il s’agit d’une extension du navigateur internet Mozilla Firefox.

Le premier logiciel se télécharge ici : http://www.mozilla-europe.org/firefox/

Le second là : http://www.zotero.org

Le logiciel fonctionne ensuite comme une barre d’action ou un onglet de fenêtre inséré au sein de la fenêtre principale de navigation sur internet.

Son principe est de permettre l’importation, la constitution et l’exportation de notices bibliographiques dans une « bibliothèque » numérique personnelle centralisée. Celles-ci peuvent être ensuite classées et rangées selon les choix du compilateur.

Par exemple, sa comptabilité avec le SUDOC permet d’importer directement la fiche bibliographique d’un ouvrage (titre, auteur, éditeur, année, ISBN etc.) tout en récupérant et en sauvegardant le lien direct vers la notice ou encore l’architecture des liens internes du catalogue.

Il est également compatible avec le site Brepols, mais non avec celui de la BNF.

ZOTERO, en plus des ouvrages, peut compiler des références d’articles, par exemple lorsqu’ils sont mis-en-ligne. Il stocke aussi les pages web pour les citer. Il peut enfin capturer les pages d’articles pour les associer à une référence.

ZOTERO est un logiciel gratuit open source et connait donc de nombreux ajouts (plugin) mais aussi quelques cafouillages de fonctionnement que l’usage apprendra. Ainsi, il est conseillé de toujours entrer les noms d’auteur en minuscule.

Pour récupérer une ancienne bibliographie, on peut passer du word à ZOTERO à partir d’une démarche expliquée ici : http://zotero.hypothèses.org/123.

Sinon le passage par le SUDOC peut s’avérer à l’usage plus satisfaisant.

Enfin, une fois la bibliographie importée sous ZOTERO, il est possible de l’exporter vers un fichier word (ou open office)  pour générer automatiquement une bibliographie scientifique.

Il faut d’abord télécharger un plugin Word/Zotero : http://www.zotero.org/support/word_processor_intégration

Une autre opération consiste à sélectionner sous ZOTERO le dossier bibliographique (ou simplement un sous-dossier) avec un clic droit. Puis de sélectionner l’option « créer une bibliographie » et « copier dans le presse-papier ». Ensuite, il ne reste plus qu’à coller celle-ci dans le fichier Word.

ATTENTION, pour que cette opération donne un résultat utilisable, il faut passer par l’installation de normes bibliographiques nouvelles dans ZOTERO qui par défaut fonctionne en normes anglaises. Des normes françaises de sciences humaines sont disponibles sur :

http://www.zotero.org/trac/ticket/1216

http://zotero.hypothèses.org/category/styles

http://forums.zotero.org/discussion/4738/3/french-citation-style-de-citation-en-francais/

Celles-ci sont au format .csl, et s’installent en sélectionnant le choix « ouvrir avec Firefox » et « ok » à la proposition « installer ».

ZOTERO facilite la citation en note de bas de page sur le même principe. Sélectionner un item. « Créer bibliographie ». « Copier presse-papier ». Coller en note.

Des formations à ZOTERO gratuites  sont proposées par l’URFist, si un partenariat existe entre celle-ci et la structure d’accueil du doctorant.

Sinon, des sites sont disponibles :

http://wiki-urfist.unice.fr/wiki_urfist/index.php/ZOTERO_un_logiciel_de_bibliographie_2.0 (mais pas à jour)

http://www.zotero.org/support/fr/start

http://zotero.hypotheses.org/

http://alopensource.blogspot.com/2010/11/zotero-en-video.html

Pour d’autres logiciels (articles de comparaison).

http://en.wikipedia.org/wiki/Comparaison_of_reference_management_software

En lien avec ce logiciel, deux autres outils sont mentionnés.

Xmarks : http://www.xmarks.com

Xmarks est un système de stockage en ligne, qui permet entre autre de stocker les marques-pages du navigateur web. Sa capacité de synchronisation facilite le travail à partir différents postes informatiques, par l’échange de fichier, leur mise-à-jour automatique et l’importation de paramètre d’utilisateur.

Dropbox : http://www.dropbox.com

La Dropbox fonctionne comme un disque dur en ligne limité à 2 Go. Elle permet également l’échange dématérialisé de fichier et la synchronisation de documents entre plusieurs postes informatiques.

LaTeX (par Elodie Romieux):

Ce logiciel de mise en forme permet de gérer la bibliographie mais également et surtout la citation et l’importation de citation en langues « exotiques », à savoir dans la majorité des cas le grec ancien.

Un site de référence en français :

http://www.tuteurs.ens.fr/logiciels/latex/

Sa principale difficulté est l’importance des commandes à maîtriser. Ainsi, dans le cadre de ce séminaire, on ne pourra aller au-delà d’une simple première prise de contact, même s’il sera toujours possible d’y revenir ultérieurement.

Le principe de base repose sur l’utilisation conjointe d’un ficher LaTeX écrit sous la forme de code et d’un traitement de texte. LaTeX génère ainsi à partir du fichier-source un fichier texte directement exploitable (bibliographie, texte). Par la suite, tout changement de mise-en-page ou de typographie se gère directement dans le fichier LaTeX pour s’appliquer à l’ensemble du fichier. Il n’est ainsi pas nécessaire de modifier une à une chaque entrée du ficher world (ex : mettre en italique ou non le titre d’une revue).

Point questions diverses:

Le séminaire aborde le problème des polices grecques et plus généralement des polices Unicode.

L’Unicode est une technique de codage des polices de traitement de texte qui permet leur reconnaissance universelle sans en posséder l’original. Dans la pratique, les polices Unicode sont de plus en plus nécessaires aux doctorants dès lors qu’ils doivent transmettre un article ou du texte sous la forme d’un fichier word ou autre (c’est-à-dire non .pdf) à un interlocuteur. Dans le cas contraire, le récepteur ne pourra pas lire le texte écrit dans la police choisit par l’auteur, sauf si il l’installe en plus (ce qui est souvent délicat).

Par exemple, le TLG est Unicode.

De plus, une police Unicode en grec ancien est souvent associée à un clavier polytonique.

(Le site de l’UFR de Grec offrait des ressources sur ce point jusqu’à sa refonte complète)

La question de la mise en valeur du séminaire est débattue en fin de séance. Devant la perspective de la refonte du site de la Sorbonne (effective au 1er mars), les participants s’interrogent sur les possibilités d’hébergement en ligne des comptes-rendus du séminaire. Entre la plateforme Moodle et l’hébergement sur le blog « Hypothèse », c’est ce second choix qui l’emporte.

AGENDA :

Le prochain séminaire est fixé au 23 mars, de 18h à 20h, dans la même salle (consulter les Actualités du site de l’ED 1). Charles Nicolas est chargé de préparer une présentation de l’Index sous Word (il prévient néanmoins de son léger retard probable). Céline Ménager propose d’aborder de son côté les flux RSS.